Le Domaine

Le Terroir du Château Coutet

Le vignoble du Château Coutet s’établit sur le premier « coup de rein » du relief saint-émilionnais, à 500 m du village. Les voisins immédiats de Coutet sont tous des CHÂTEAUX PRESTIGIEUX.

Depuis toujours, ses vignes sont cultivées avec le plus grand respect du terroir et de la nature, ce qui à valu au domaine d’obtenir la CERTIFICATION BIOLOGIQUE EN 2012. Une ballade dans les vignes de Coutet permet de comprendre pourquoi le paysage saint-émilionnais est classé comme PATRIMOINE MONDIAL par l’UNESCO.

La densité de plantation est d’environ 6000 pieds/ha. L’encépagement est de 60 % de merlot, 30 % de  bouchet (cabernet franc), 3 % de cabernet sauvignon avec une touche d’originalité de 7 % de pressac (malbec local).

 La moyenne d’âge du vignoble est de 38 ans. 

La culture à Coutet

Toutes les façons classiques sont faites à la main et AUCUN TRAITEMENT CHIMIQUE (désherbant, pesticide) n’a jamais été utilisé à Coutet. La qualité de son biotope et la variété de la flore entourant la vigne autorisent la pratique sans risque d’une VITICULTURE SAINE et d’avenir en permettant aux prédateurs naturels dits « nuisibles » de jouer leur rôle dans la limitation de l’érosion et dans la maîtrise des rendements. Des COMPOSTS NATURELS sont apportés ponctuellement.

La taille est faite en guyot simple en hiver, laissant une aste longue, mais une façon supplémentaire est effectuée juste après leur fleur pour réguler et choisir la charge en raisin et en feuillage de chaque cep. Le levage et l’effeuillage contribuent au bon état sanitaire de la vigne et de la vendange. Les vendanges sont évidemment FAITES À LA MAIN, en cagette. Les différents cépages sont récoltés à des dates différentes, selon leur maturité.

Château Coutet, Le Biotope

La situation de Coutet, au sommet du plateau de Saint-Martin de Mazerat, offre une VUE UNIQUE à plusieurs dizaines de kilomètres à la ronde :

  • au sud, sur les coteaux de l’Entre-Deux-Mers, sur la rive gauche de la Dordogne ;
  • à l’ouest, sur le tertre de Fronsac et même jusqu’à Bordeaux par temps clair.

La nature, à Coutet, a été particulièrement préservée. AUCUN DÉSHERBANT NI PESTICIDE. C’est l’un des rares endroits du Saint-Émilionnais où subsistent quelques boqueteaux de chênes pédonculés, verts et rouvres. Les figuiers y sont bien représentés. Quelques microprairies sèches accueillent plusieurs variétés d’orchidées.

Le printemps est annoncé par l’éclosion de magnifiques tulipes et narcisses éclairant les rangs de vignes encore dénudés, tandis que l’automne permet au promeneur de déguster quelques figues, noix, pommes, pêches ou poires le long des sentiers.

La grande variété de la flore allant de pair avec une microfaune très diversifiée, ces deux atouts permettent à la vigne de prospérer sans adjuvants synthétiques.

RARES SONT LES PROPRIÉTÉS PERMETTANT CE GENRE DE DÉCOUVERTE.

Saint-Émilion et son vignoble sont classés au patrimoine mondial de l’Unesco. Nous vous invitons à venir vous promener à Coutet, tout au long de l’année, pour en comprendre les raisons.

Le Vignoble du Château Coutet

Le plateau de Saint-Martin (4,5 ha)

Ces parcelles se trouvent au sommet sud-ouest du très célèbre plateau de Saint-Martin de Mazerat. Elles sont exposées sud-est/sud-ouest. La PIÈCE MAÎTRESSE de ce terroir est PEYCOCUT, à cheval pour moitié sur Beauséjour et pour moitié sur Coutet.

Le sous-sol, constitué de calcaire à astéries, est couvert d’un sol brun calcaire à texture moyenne ou fine, peu profond. Le ROCHER CALCAIRE est par endroits affleurant. C’est la structure géologique typique du plateau de Saint-Émilion.

PEYCOCUT est une des parcelles de Saint‑Émilion les plus anciennement IDENTIFIÉES COMME EXCEPTIONNELLES. En effet, le 21 septembre 1541, la Jurade décidait de la date du ban des vendanges après avoir vu « PEYCOCUT »  (Cf. Mémoires du moine Brangier).

Les parcelles du plateau de Saint-Martin sont Peycocut, Le Journal, Les Pommiers, Martin, Les Vendangeurs, Le Plateau et Les Blaireaux. Elles sont entourées de très prestigieux voisins Premiers Grands Crus Classés, Beauséjour-Bécot, Beauséjour-Duffau et Angélus, et d’un voisin Grand Cru Classé, Bellevue. Deux autres Premiers Grands Crus Classés, Canon et Clos Fourtet, se trouvent à moins de 500 m.

La Côte de Franc (3,5 ha)

La « Côte de Franc » saint-émilionnaise est la descente du plateau de Saint-Martin vers Libourne. Elle décrit un arc de cercle sur environ 90°, commençant avec une orientation nord-ouest du coté de Franc-Pourret pour finir plein sud à Coutet.

Au tombant du coteau, le rocher est visible à plusieurs endroits et la terre, plus profonde que sur le plateau, est composée d’argilo-calcaire lourd et d’argilo-calcaire de bas de versant. Beaucoup de grands Saint-Émilion se rencontrent sur ce type de terrain.

La Côte de Franc fait aussi partie des treize sites, sur toute la juridiction, que les jurats de 1541 devaient visiter avant d’arrêter la date des vendanges.

Les parcelles de la côte sont La Côte (sud et nord), L’Escalier, Le Squelette, Cucurot et la moitié du Canon. Elles jouxtent trois Grands Crus Classés.

Le pied de côte (5 ha)

À cet endroit, le sol est essentiellement composé de sable argileux recarbonaté en surface, en partie posé sur de la crasse de fer à faible profondeur.

Sur ce pied de côte se trouvent l’autre moitié du Canon, La Porte Rouge, La Toumièle, Les Tilleuls, Chez Jeannot, Les Sables et Les Peupliers (nord et sud). Trois Grands Crus Classés, Angélus, Le Couvent des Jacobins et Grand Mayne, ceinturent ces parcelles.

coutet-carte